Sound Crusaders

Il suffirait d'un coup de fil...


Driiiing, driiing.

Quel est ce bruit ? Il vous semble entendre un bruit lointain dans votre sommeil. Vous avez trop forcé sur la tequila hier soir. Ça doit être votre tête qui cogne.


Driiing, driiing.

On dirait une sonnerie de téléphone. Mais vous dormez, cela doit être un rêve. Cela fait si longtemps que vous n'avez plus reçu de coup de fil. Même une vieille dame qui veut que vous retrouviez son chien perdu, ça vous irait, vu l'état de vos finances. Vous espérez toujours qu'un jour quelqu'un vous appelle pour vous confier une vraie affaire...


Driiing, driiing.

Bon sang, cette fois c'est sûr, ce n'est nullement un rêve, c'est votre téléphone qui sonne !

Vous vous réveillez en sursaut et décrochez le combiné de votre antique téléphone à cadran circulaire.

- Allô ? Kécécé ? parvenez-vous à balbutier.

- Allô, Nils Jacket ?

- Oui, c'est moi.

- Ici Laurent Loyson. Je ne sais pas si tu te souviens de moi.

Vous rassemblez vos idées bien peu claires et faites un effort de concentration surhumain. Vous visualisez un visage arrogant de jeune premier. Laurent Loyson, le grand frère de Maxence "je-sais-tout-sur-ce-sujet-même-quand-je-sais-pas-de-quoi-on parle" qui était avec vous en terminale. Une vraie famille de tête à claques. Cela remonte à dix ans.

- Oui, bien sûr que je me souviens de toi, Laurent. Je n'oublie pas les amis.

- Je ne te dérange pas ?

- Pas trop, non. Je bossais sur une affaire compliquée, demandant une forte concentration, mais je peux bien m'accorder une pause pour te parler.

- J'ai vu, en consultant l'annuaire, que tu avais désormais ton cabinet de détective privé. Tu as réalisé ton rêve, alors ? C'était vraiment ta vocation.

- Oui, j'ai toujours voulu être enquêteur. Et détective était pour moi la meilleure façon d'exercer ce métier.

Vous lui taisez le fait que vous avez échoué trois fois au concours de la police et que vous avez ouvert ce fichu cabinet faute de mieux. Au fait, il vous a trouvé en consultant l'annuaire, a-t-il dit ?

- Alors comme ça tu cherchais un détective privé dans l'annuaire ? lui demandez-vous à brûle-pourpoint. Tu as besoin des services d'un détective ?

- Bonne déduction ! Je suis dans un sacré pétrin, il me faut un détective de toute urgence.

- Quel est le souci ? demandez-vous sur un ton blasé. Vous repensez à tous ces appels de maris convaincus que leurs femmes les trompent...

- Il s'agit d'un meurtre.

Vous vous redressez d'un coup, complètement réveillé désormais. C'est la première fois que vous avez un client potentiel qui utilise ce mot.

- Un meurtre ? Explique-moi tout !

- Je vais faire bref, j'ai besoin de toi sans délais. Tu connais Dattaque Industries ?

- Bien sûr. L'une des deux grandes entreprises d'armement du pays. L'un des fleurons de l'industrie de notre pays.

- J'y ai été embauché après mon diplôme à HEC. Et j'en suis le directeur adjoint depuis deux jours.

Vous vous souvenez que la famille Loyson destinait Laurent, l'aîné de trois frères, à un avenir brillant. Le piston chez les familles aisées est toujours aussi efficace, on dirait.

- Hé bé, belle ascension pour un jeune cadre ! le félicitez-vous.

- Oh, j'en ai été le premier surpris, tu sais. Et je me passerais volontiers des responsabilités que cette position me confère aujourd'hui.

- Pourquoi cela ?

- Mon patron s'est fait assassiner.


Vous retenez un cri de surprise. Louis Dattaque, le célèbre patron et patriarche de Dattaque Industries, assassiné ? Cette entreprise, fondée par son grand-père, est devenue le partenaire privilégié du gouvernement dans sa politique de défense. Ce capitaine d'industrie médiatique était habitué des couvertures des hebdos économiques. Cette nouvelle va faire un foin pas possible, vous pouvez le parier.

- Il ne faut surtout rien dire à la presse. Tu te doutes bien qu'une nouvelle de cette gravité ne doit pas être ébruitée. Les conséquences seraient terribles.

- Cela va de soi. Et tu veux que moi, simple détective privé, j'enquête sur un meurtre de cette importance ?!

- Oui. La police a déjà entamé ses investigations, mais l'entreprise doit avoir son propre enquêteur. Mon patron avait ses détectives habituels, mais je ne les connais pas. Je ne connais aucun détective, en fait. Je suis tout nouveau à ce poste. Alors quand j'ai consulté l'annuaire et que je suis tombé sur un nom connu, je n'ai pas hésité. Il faut que tu te dépêches de venir, avant qu'ils n'enlèvent le corps. Tu peux laisser l'affaire sur laquelle tu bosses en ce moment ? Tu auras compris qu'il s'agissait d'un cas d'extrême urgence !

Vous repensez à toutes les affaires qu'on vous a confiées jusqu'à aujourd'hui : adultères, chiens perdus, re-adultères, chiens re-perdus... Vous espériez depuis si longtemps une vraie affaire pour faire montre de votre talent. "Il suffirait d'un coup de fil...", vous disiez-vous tout le temps. Vous l'attendiez, ce coup de fil, et il est arrivé. C'est la chance de votre vie !

- Je n'aime pas trop laisser mes affaires en plan comme ça, répondez-vous à Loyson, mais vu la gravité de la situation, je vais faire une exception, tu peux compter sur moi. J'arrive.

- Merci, Nils, tu es mon sauveur ! Viens vite au 16 avenue Jackson. Je t'attends.

Click.



Vous n'en revenez pas. Vous vous donnez des claques pour vous convaincre que vous ne rêvez pas, que ce n'est pas un tour de votre imagination après la cuite d'hier. Vous êtes Nils Jacket, détective privé, et c'est à vous que l'on vient de confier l'enquête sur le meurtre d'un des plus grands magnats du CAC40. C'est le jour de votre vie.


Après quelques minutes, le temps de redescendre sur Terre, vous prenez conscience du monde qui vous entoure. Vous êtes dans votre cabinet de détective, assis dans le confortable siège à haut dossier de votre bureau. Les maigres revenus que vous rapporte votre noble métier vous permettent de manger à votre faim, mais pas encore de payer le loyer d'un appartement. Vous vivez donc dans votre cabinet, équipé d'une petite salle de bain avec sanitaires, dormant sur le canapé ou comme cette nuit dans votre siège à haut dossier. Au moins, vous ne dormez pas sous les ponts, vous dites-vous souvent.

Hier, vous avez fait la nouba avec quelques amis, et vous n'y êtes pas allé de main morte sur la tequila. Le réveil est difficile. Heureusement, vous vous êtes endormi tout habillé, vous ne perdrez donc pas de temps à enfiler votre costume. Votre ami d'enfance vient de vous confier l'enquête dont vous rêviez pour lancer votre carrière, il s'agit maintenant d'être à la hauteur. Il ne faut pas faire attendre votre nouvel employeur.



Comment mener l'enquête


Cette enquête policière est particulière : VOUS en êtes le héros. C'est VOUS, lecteur ou lectrice, qui allez incarner le détective Nils Jacket et mener l'enquête. À la fin de chaque paragraphe, le texte vous invite à vous rendre à différents paragraphes en fonction de vos choix et de vos décisions. Si vous décidez d'agir de telle façon, d'accomplir telle action, de poser telle question ou d'accuser tel suspect, vous devrez directement vous rendre au paragraphe dont le numéro vous est indiqué, sans lire les paragraphes vous séparant de ce paragraphe précis.

Il est primordial que vous ne lisiez que les paragraphes qui vous sont indiqués. Ne lisez pas les autres paragraphes, sinon vous risqueriez de lire par accident le nom du coupable et l'enquête perdrait son intérêt.

Si vous lisez cette aventure sur le site Internet Nils Jacket, c'est tout aussi simple : il vous suffit de cliquer en fin de paragraphe sur le lien accompagnant l'option que vous avez choisie, ou bien de taper le numéro du paragraphe choisi dans le compteur à droite.


En fonction de vos décisions, votre enquête va progresser, vous allez glaner des indices et des informations qui vous permettront de résoudre l'affaire et de démasquer le meurtrier de Mr Dattaque. Vous devrez également réunir un certain nombre de preuves permettant de faire condamner ce coupable. Pour cela, vous avez à disposition ce Journal d'Enquête :


Journal d'Enquête
Mots-codesObjetsArgent
Notes :
Échecs :
Sur vous :
  • Calepin
  • Crayon
  • Carte de crédit
  • Clefs
  • Portefeuille
  • Mouchoir propre




Dans votre boîte à gants :


À votre cabinet :


  • Menue monnaie : 41 €
  • Compte en banque :98 €
Trajets en voiture




- Case Mots-codes : lorsque le texte vous demandera d'inscrire un mot-code dans votre Journal d'Enquête, vous inscrirez dans cette case le nom dudit mot. Les mots-codes que vous notez servent plus tard dans le courant de l'histoire. Ils correspondent à des indices que vous avez trouvés, à des événements que vous avez vécus ou à des décisions que vous avez prises au cours de votre enquête et qui peuvent influer sur son déroulement.

Le texte vous demandera parfois de les effacer, de les souligner, ou de les remplacer par d'autres ("remplacer" un mot-code par un autre signifie effacer le mot-code déjà noté et inscrire à la place le nouveau mot-code).


- Case Objets : vous noterez dans cette case tous les objets que vous possédez et transportez sur vous. Ces objets peuvent vous aider à mener à bien vos investigations. Ils peuvent être également des preuves pour confondre un coupable.

Lorsque vous commencez cette histoire, vous n'avez pas grand-chose dans les poches. Un calepin avec son crayon, pour noter des informations que vous pouvez recueillir lors de votre enquête. Votre carte de crédit ; tant que vous l'avez sur vous, vous avez accès à l'argent de votre compte en banque. Vos clefs, pour rentrer chez vous ou pour pouvoir conduire le magnifique bolide qui vous sert de voiture et que vous n'allez pas tarder à découvrir. Votre portefeuille, dans lequel vous rangez votre menue monnaie, vos cartes et vos papiers, dont votre permis de conduire et votre permis de port d'arme. Et, bien sûr, un mouchoir propre, comme votre mère vous a appris à toujours en avoir un sur vous.

Vous serez amené(e) à découvrir ou à acquérir de nombreux autres objets lors de votre enquête. Vous les noterez alors dans la Case Objets.

Vous transportez vos objets sur vous, mais si vous vous trouvez dans votre voiture ou à votre cabinet, vous pouvez en laisser certains dans votre boîte à gants ou dans le tiroir de votre bureau, sans que le texte ne vous y invite forcément. Il peut parfois être judicieux de ne pas transporter certaines preuves sur vous, par exemple, pour éviter qu'on ne vous en dépossède. Notez bien où se trouve chaque objet, cela a son importance. Vous n'avez accès aux objets de votre boîte à gants ou de votre bureau (et pouvez alors les reprendre avec vous) que si vous vous trouvez dans votre voiture ou à votre cabinet.


- Case Argent : la somme d'argent dont vous disposez est inscrite dans cette case. Elle se compose d'une part "Menue monnaie" et d'une part "Compte en banque".

La Menue Monnaie, c'est l'argent que vous avez sur vous, dans votre portefeuille. C'est-à-dire 41€ en début d'aventure.

La part "Compte en banque", c'est l'argent que vous avez... sur votre compte en banque (étonnant, non ?). Vous n'y avez accès que si vous avez votre carte de crédit sur vous (et si la personne que vous payez accepte les cartes de crédit). Pauvre détective sans le sou que vous êtes, vous n'avez que 98€ sur votre compte actuellement. Et vous êtes interdit de découvert : si vos euros tombent à zéro, vous ne pouvez plus rien dépenser.


- Case Trajets en voiture : vous devrez tenir le compte dans cette case des trajets que vous effectuerez en voiture. Compte tenu de votre situation financière (votre véhicule, hélas, ne roulant pas à l'eau), vous pourrez ainsi veiller à économiser votre carburant. Si vous roulez beaucoup, pensez à remettre de l'essence pour ne pas tomber en panne sèche en pleine poursuite.


- Case Notes : à chaque fois que vous noterez des choses dans votre calepin, vous l'inscrirez dans cette case de votre Journal d'Enquête. Notez-y les détails de votre enquête que vous estimez importants. Notez-y aussi les heures de vos rendez-vous, pour être sûr(e) de ne pas les oublier. Cette case permet également de noter d'autres informations qui n'ont pas trait à l'enquête.


- Case Échecs : l'enquête qui vous attend n'est pas simple. Vous devrez faire preuve de grandes qualités de déduction et de perspicacité pour pouvoir faire éclater la vérité. Et le meurtrier que vous allez rechercher ne va pas se laisser démasquer. Il est hélas fort possible que vous ne parveniez pas à résoudre le mystère dès votre première lecture, dès votre première tentative. Si vous parvenez à un paragraphe qui ne vous propose aucun autre paragraphe où vous rendre, et que le mot FIN ne le conclut pas, cela voudra dire soit que vous aurez échoué dans votre enquête, soit que vous aurez été tué(e). Lorsque vous arriverez à un tel paragraphe, vous aurez perdu et devrez recommencer l'histoire depuis le début, en tentant de faire mieux. Vous perdez tous les objets, heures de rendez-vous et mots-codes que vous aurez glanés (vous revenez au Journal d'Enquête que vous aviez en entamant votre aventure). Néanmoins vous aurez acquis pendant votre aventure un certain nombre de renseignements qui vous guideront et vous aideront à débrouiller l'énigme à la tentative suivante.

À chaque échec notez une croix dans la case Échecs de votre Journal d'Enquête. Lorsque vous aurez terminé avec succès ce Livre Dont Vous Êtes le Héros, c'est-à-dire quand vous aurez atteint le paragraphe final, qui se conclut par le mot FIN (étonnant, toujours ?), une grille vous permettra d'évaluer votre niveau.

Si, après plusieurs tentatives, vous vous sentez complètement bloqué(e), désemparé(e), résistez à la tentation de tricher et d'aller lire directement la fin. Cela vous gâcherait tout le plaisir de résoudre le mystère par vous-même et diminuerait l'intérêt du jeu. Cliquez plutôt sur le lien « SOS Déblocage » en haut à droite de la page, pour avoir accès à la section justement nommée « SOS Déblocage ». La consulter vous coûtera des croix dans votre case Échecs, mais vous y trouverez des conseils garantis sans spoilers qui vous mettront sur la bonne piste et sauvegarderont le plaisir du jeu.

Lors de votre première tentative, il vous est conseillé de lire sans trop vous poser de questions, en suivant votre instinct, et en profitant de votre lecture. Vous aurez tout le temps de vous arrêter sur tous les détails lors de votre tentative suivante.


Ça y est, vous êtes fin prêt(e) ? Il est temps pour vous de débuter votre enquête. Soyez rigoureux(euse), faites preuve de psychologie et prenez garde aux fausses pistes.

Rendez-vous au 1.